3- Puerto viejo de Sarapiqui

Sarapiqui est situé dans la vaste plaine caraïbe. On peut s'étonner de son nom, désignant une ville loin de toute mer mais P.V. de Sarapiqui fut bien autrefois le principal port pour l'exportation du café. Aujourd'hui, Sarapiqui vit essentiellement de la culture des bananes et de l'écotourisme.

Il faut dire que Sarapiqui est un haut lieu de la biodiversité. Sur ce petit territoire, on recense pas moins de 800 espèces d'oiseaux, par exemple. Soit la presque totalité des espèces costariciennes ou près de deux fois celles de toutes l'Europe.

Nous avons eu la chance d'être logés au Sarapiqui rainforest lodge. C'est à la fois un superbe écolodge, un centre de recherche sur la forêt tropicale, un centre d'éducation et un centre archéologique. Il est directement lié à la réserve de Tirimbida (où s'effectuent les recherches).

Le lodge se trouve dans un magnifique parc où on peut observer de nombreux animaux. Mais la forêt de Tirimbida est toute proche et permet d'observer d'autres animaux mais aussi d'aller s'y promener librement. Il suffit pour y accéder, de passer un pont suspendu au dessus de la rivère, à près de 20m au-dessus d'elle. Ce pont mesure plus de 200m de long.

Nous avons fait deux sorties: la première en matinée dans la forêt, surtout pour les oiseaux et mammifères; la seconde de nuit, que la jeune guide a fait durer une heure de plus que prévu, pourtant sous une fine pluie, montrant ainsi la passion des guides pour leur métier et pour la faune (ou flore).

IMG_0568La magnifique piscine du lodge est parfaitement intégrée dans la végétation tropicale et donne sur la forêt.

 

 

 

 

 

 

IMG_0570On a souvent la visite de nombreux animaux, ici un iguane. Et c'est un lieu tranquille et intéressant pour l'observation des oiseaux.

 

 

 

 

 

 

IMG_0571Les bâtiments sont circulaires et couverts par des feuilles de palmiers. Leur architecture est basée sur l'ancienne technique de construction (+ de 1000ans) des populations indigènes précolombiennes.

 

 

 

 

 

IMG_0483

La forêt est impressionnante mais aussi très sombre.

 

 

 

 

 

 

IMG_0428il héberge aussi un site archéologique maleku. C'est un site funéraire où l'on a découvert des sculptures (quelques unes sont visibles sur le site). Un petit musée expose des centaines d'objets artisanaux amérindiens.

IMG_0429

 

 

IMG_0433

 

 

 

 

 

 

 

 

 3 - les mammifères

Bien évidemment, nul jaguar, ocelot ou jaguarundi n'ont montré la moindre moustache pendant notre séjour. Mais nous avons vu autre chose.

Tout d'abord des singes. Au Costa Rica,il en existe quatre espèces; nous en avons observé trois dont deux ont donné lieu à des photographies.

Le singe hurleur (Alouatta palliata) est très présent et facile à observer car des groupes vivent près de l'homme et sont peu farouches.

Comme son nom l'indique, le singe hurleur hurle: à l'aube, au crépuscule, mais aussi quand un bruit - comme une moto - ressemble de loin à un cri d'un autre singe ou quand les premières gouttes de pluie tombent (vu les pluies diluviennes, cela se comprend). En fait, le singe hurle souvent.

singe hurleur

singe hurleur

singe hurleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre singe que nous avons observer, mais à deux reprises seulement, est le capucin (Cebus capucinus). Singe un peu plus petit que le précédent (40cm). Nous l'avons trouvé en bordure de rivière à chaque fois alors qu'il venait s'alimenter de fruit de palmiers.

singe capucin

Plus farouche que le hurleur, on ne l'approche pas d'aussi près.

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi rencontré à deux reprises le singe araignée ou atèle (Ateles geoffroyi). Mais je n'ai fait aucune photo correcte de lui. Il est bien plus farouche que les autres.

Parmi les autres animaux, nous avons rencontré un kinkagou et des Tayras (martre à tête grise). Cette dernière est noire et de grande taille (65cm). Nous avons assisté à Boca tapada à deux attaques successives d'une tayra sur des jacanas. Le tout ayant duré moins de dix secondes et se soldant par un échec et beaucoup de cris de la part des jacanas.

tayra(Photographie de Tayra récupérée sur internet)

 

 

 

Autre animal emblématique du pays, les paresseux. Il en existe deux espèces:

  • l'Aï (Bradypus variegatus) possède trois doigts aux pattes antérieures. Il est diurne;
  • l'Unau (Choloepus hoffmanni) possède seulement deux doigts. Il est nocturne.

Nous avons vu  presque uniquement des Unaus. celui-ci se présente comme une masse en boule, blotti sur une branche, contre un tronc, d'une couleur indéfinissable, marron, gris, vert.

paresseux unauPour les observer en "activité", rendez-vous la nuit. Nous en avons alors vu de très près, à moins d'un mètre. On pouvait même parfaitement voir les mites voler autour de son pelage.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0359

Mais, une fois, une seule, un paresseux nous est apparu en milieu de matinée. Et comble de la chance, c'était une femelle avec son petit. Normalement, ce devrait être un Aï. Mais on ne distingue pas assez dans la demi-obscurité de la forêt pour en être sûr.

 

 

 

 

 

Nous avons aussi croisé, la nuit, la route de quelques rongeurs, rat, souris (d'une assez grande taille). Et en pleine journée, celle du plus gros rongeur du Costa Rica (50cm): un agouti (Dasyprocta punctata).

agouti

 

 

 

 

 

 

 

 

 Autre animal qui paraissait familier, c'est l'écureuil Sciurus variegatoides. Il se rencontre en Amérique centrale uniquement et pas dans tous les pays.IMG_0513

 On lui connaît près d'une quinzaine de sous-espèces. Il parait un peu plus grand que notre écureuil roux, mais, à part ses couleurs, il lui ressemble beaucoup.

 

 

 

 

 

 

Rhynchonycteris naso

Derniers animaux rencontrés, les chauves-souris. On en a vu en vol, la nuit, à la lumière de nos lampes frontales, chassant au-dessus de la rivière Sarapiqui.

La seule que nous avons vu posée est la minuscule Rhynchonycteris naso, longue de seulement 4cm. On l'a observée sur des arbres en forêt (quasiment invisible), sur un ponton (photo) ou sous le toit du restaurant de l'écolodge de Sarapiqui (une colonie d'une vingtaine d'individus).

Ce sont toujours de petites colonies, parfois moins de dix individus. Groupes familiaux?

 

 

article suivant: Costa Rica - Baca Tapada et les oiseaux